Nouvelle politique tarifaire de Google Maps

Par Vincent  -  20 août 2018

 

Depuis juillet 2018, Google a changé sa politique tarifaire concernant son service de cartographie Google Maps. Lancé en 2005, Google Maps est devenu le leader et compte plus d’un milliard d’utilisateurs à travers le monde. Ce succès est dû aux nombreux services innovants (recherche de place de parking, itinéraires, coordonnées et horaires d’une organisation, cartes interactives, Street View…) et surtout à la gratuité d’utilisation. Et c’est aujourd’hui cette gratuité qui évolue pour les professionnels intégrant ce service de cartographie numérique sur leurs sites Internet et applications mobiles.

Dans cet article, nous vous expliquons ce qui change et quelles solutions peuvent être envisagées.

Ce qui change

Sachez avant tout que le service de cartographie reste le même qu’avant ; c’est uniquement la politique tarifaire qui évolue. Et elle n’est pas des moindres car il s’agit d’une spectaculaire augmentation… de 1400% ! Ainsi, si vous intégrez dans votre site Internet ou application mobile une carte Google Maps, la limite gratuite d’affichages est de 28 000 par mois, soit un crédit « offert » de 200$.

Par ailleurs, si votre carte est basique, alors l’affichage est illimité et gratuit. Par basique, comprenez une carte qui propose uniquement le service de géolocalisation (ne comprenant pas Street View et itinéraire), disposant d’un seul point de localisation.

Au-delà de cette limite gratuite, on passe donc au mode payant. Les tarifs varient en fonction du nombre de services que vous utilisez. Plus les services sont nombreux et avancés et donc la carte personnalisée, plus la note est élevée. Le montant commence à 1,60$ et grimpe jusqu’à 14$ par tranche de 1000 appels (voir la grille tarifaire).

Depuis 2015, le quota gratuit était de 25 000 appels par jour, contre 1000 par jour depuis juillet 2018. Dans tous les cas, Google Maps impose aux entreprises utilisant ses services de renseigner un numéro de carte bancaire, même dans le cas d’une utilisation gratuite. Par ailleurs, il est possible de bloquer le nombre d’affichages pour se protéger d’une hausse inhabituelle de visites et ainsi éviter de payer.

Autant dire qu’avec de tels changements, les interrogations fusent sur les forums et dans la presse spécialisée, et les yeux se tournent vers les alternatives, la plus pertinente d’entre elles étant OpenStreetMap.

 

OpenStreetMap, une solution alternative

Il s’agit d’un logiciel libre et gratuit de cartographie numérique équivalent à Google Maps. Il se développe chaque jour grâce à sa communauté de développeurs qui contribue à son amélioration depuis 2004, date de sa création. Aujourd’hui, OpenStreetMap dispose de cartographies numériques mondiales à la fois précises et gratuites.

Cette solution n’est cependant pas aussi avancée que Google Maps, et les services proposés sont encore limités. Il sera ainsi impossible de bénéficier d’une personnalisation graphique aussi fine que celle possible avec Google Maps.

Reste que la brusque et nette augmentation des tarifs de Google Maps est une opportunité pour OpenStreetMap, qui va augmenter le nombre de ses utilisateurs et donc de ses contributeurs, pour continuer à se développer. La question qui se pose aujourd’hui est de savoir si OpenStreetMap va réussir à s’adapter suffisamment rapidement à cette arrivée massive de nouveaux utilisateurs. Un sujet suivi de très près par notre équipe…

Ce qu’il faut retenir

En fonction de votre situation, plusieurs options sont envisageables.

  1. Si vous êtes sous la limite de 28 000 affichages mensuels de cartes Google Maps, que ce soit pour un site ou une application, un compte Google Maps Platform auquel sera liée cette utilisation permettra de continuer à bénéficier du service. Vos coordonnées bancaires devront néanmoins être renseignées auprès de Google.
  2. Si vous affichez plus de 28 000 cartes Google Maps par mois, une migration vers OpenStreetMap est à envisager. Du fait de sa gratuité, malgré sa personnalisation graphique moins poussée et les frais initiaux de transition, ce sera moins coûteux à terme.
  3. Si l’intérêt d’un système de cartographie est très faible sur votre site web, une image fixe peut parfois remplacer la carte numérique… Tout simplement !

 

Si vous êtes confronté au problème, nos services sont disponibles pour vous conseiller et vous accompagner dans sa résolution.